logo site

Cinéma Organique

À propos | mai 2013

Le Workshop [1] a pour mission la création d’un point de ralliement sur Limoges pour toutes les personnes souhaitant s’investir dans la création audiovisuelle et cinématographique, dans un souci d’éducation et de partage des connaissances et dans la création du concept de cinéma organique. Là où la filière traditionnelle s’attache au résultat et où les participants (à quelques exceptions prêts) peuvent être interchangeables pour un même résultat, le cinéma organique s’intéresse d’abord à l’humain, à son accomplissement personnel dans le cadre du projet.

Dans ce contexte, l’association propose du portage de projet pour les personnes souhaitant développer leur propre film, de l’initiation et de l’encadrement des débutants et avertis vers la concrétisation de leur projet. Elle offre également la possibilité à tout un chacun de venir apprendre ou partager ses connaissances lors d’ateliers individuels ou collectifs.

Nous retiendrons en particulier des ateliers de montage vidéo, de manipulation de caméra, d’infographie, d’animation en image de synthèse, de traitement du son, des standards de fichier en vidéo numérique pour la production et la diffusion, d’usage des licences de libre diffusion...

Le propos majeur du Workshop est d’offrir une plateforme de création collective de films libres de diffusion et de qualité, dans une économie bienveillante, alternative aux voies professionnelles usuelles.

Mission

  • Apprendre à apprendre : Dans le cadre d’une éducation populaire et bienveillante, le mot clé est "autonomie". Le principe derrière l’envie de faire est la capacité d’apprendre à sa vitesse, pour soi-même avec le soutien de la communauté.
  • Mise en commun des ressources : Que ce soit matériel ou de l’ordre du savoir, les ressources sont un bien commun au sein de l’association. Le partage, l’échange et la circulation de ces ressources est la clé de voute de la structure : elle permet la création libre et disciplinée tout en assurant une qualité standard minimum pour chaque production.
  • Chacun partout : ce motif signifie qu’au sein de l’association, l’important est dans l’échange, pas dans la hiérarchie. Par conséquent, ce que nous prônons est une multidisciplinarité chez les participants le souhaitant, offrant ainsi à tous la possibilité de trouver dans la structure et dans chaque projet, une place qui lui convient, pour une implication personnelle à géométrie variable. Cela signifie également que lorsqu’un participant quitte l’asso ou est absent lors d’un projet, l’association peut continuer à exister et dans les mêmes standards de qualité, car chacun est multicasquette, donc capable de remplacer un autre au pied levé.
  • HackLab cinématographique : la notion de hacklab ou de hacker space, empruntée à l’électronique et l’informatique est une idée d’un espace de trravail et de recherche collaboratif. Une réapropriation de l’objet - ici, le cinéma et la production audiovisuelle - apparait comme nécessaire à la suite du développement des outils accessibles pour la création vidéo (caméras numériques, appareils reflex, téléphones portables...). Une réappropriation des techniques du cinéma pour une pratique de l’image - même amateure - de qualité. Pour celà, la nécessité nous incombe d’investir un lieu physique, une sorte de studio collectif de création, d’éducation, de tournage et de stockage.
  • Bienveillance : La filière professionnelle oublie souvent ce que "débutant" signifie. Fréquemment, les motivations sont écrasées, les aspirations personnelles déçues et les rêves brisés par un système qui attend un professionnalisme et une rigueur acquise de la part des novices. Le propos de la bienveillance, dans le cinéma organique, pousse à la conservation des énergies volontaristes et à leur accompagnement vers une rigueur et une discipline professionnelle. Si vous arrivez avec votre projet, vous serez reçu par des gens qui comprennent les difficultés, qui savent être honnête et faire preuve de compassion face au travail fournit et qui offre des solutions et une encadrement pour poursuivre et améliorer votre travail, dans le respect de vos idées.
  • Qualité & créativité : Dans beaucoup de cadres associatifs, les idées de tous sont uniformisées pour satisfaire un idéal commun. Le problème dans ces associations est l’instauration d’un de facto nivèlement par le bas. La volonté ici, c’est de redorer le blason du terme amateur en produisant des résultats de qualité malgré des moyens amateurs. Pour cela, nous soutiendrons des projets quasi impossibles à réaliser dans un cadre professionnel en France, comme des films de science-fiction, de fantasy afin de soutenir la créativité qui fait défaut dans un système marchand, tentant de prédire la valeur commerciale d’une œuvre en la comparant à ce qui est déjà fait par la même industrie.
  • Cinéma libre : Le cinéma libre est un courant emergeant en France dont le projet est d’offrir une culture audiovisuelle libre d’accès au public et libre de diffusion, en particulier sur Internet. Pour ce faire, l’usage de licence libre comme les licences Creative Commons, permettent aux auteurs de contourner les règles du droit d’auteur traditionnel (ou copyright) en offrant gracieusement la liberté à tout un chacun de partager les œuvres, prenant ainsi à contre-pied la répression institutionnelle contre le partage de la culture et offrant une voie légale à la propagation gratuite des films de l’association, tout en conservant la reconnaissance des auteurs.

[1l’atelier


Se Syndiquer
Contact / Propulsé par SPIP / Squelette par læi